Observer les animaux dans la nature Secrets pour ce cadeau simple

Lorsque l’on randonne en pleine nature, admirer les animaux sauvages est un moment unique que tout le monde rêve de vivre. Mais même en plein cœur d’un parc national où les animaux sont protégés, en voir dans nature est plus compliqué qu’on ne le pense. Il faut mettre en place certaines choses pour avoir la chance de voir la biche se régalant d’herbe en France, de majestueux oiseaux comme les aigles dans les Pyrénées, ou encore l’ours chassant les chèvres dans la montagne au Canada.

Pour observer des animaux sauvages, en journée ou de nuit, le défi n’est pas seulement d’être patient et d’attendre que la nature nous adresse ce magnifique cadeau. Dans un premier temps il faut comprendre comment font les animaux pour nous repérer. Ensuite il faut mettre sur cette base les choses en place pour se donner le maximum de chance de les observer sur le terrain.

Petite explication sur la manière dont les animaux nous repèrent. Les animaux (comme les humains) établissent leur perception d’un élément principalement grâce à deux choses : le contraste et l’attention. C’est primordial à garder en tête si on veut éviter de se faire repérer instantanément.

En balade au Canada

Avant toute chose : les animaux ne perçoivent pas le monde comme nous !

Nous avons tendance à croire que les animaux sentent, entendent et voient la même chose que nous. Hors, ce n’est pas le cas ! Habituellement ils nous battent à plate couture sur chacun de ces terrains.

Les propriétaires de chiens le savent : leurs compagnons entendent des sons que nous ne percevons pas. Effectivement, l’homme perçoit les sons dont la fréquence est située entre 20 et 20 000 hertz alors que les chiens perçoivent des sons bien en dessous de 20 hertz (que nous appelons infrasons) et bien au-delà de 20 000 hertz (que nous appelons ultrasons).

Le son n’est qu’un exemple : il en va de même pour la vision (les animaux voient des ondes que nos yeux ne peuvent pas percevoir). Bref : ce vêtement de camouflage l’est à nos yeux, mais l’est-il également aux yeux du bouquetin ? Telle est la question… Idem pour les odeurs.

Par conséquent, gardons en tête que nous pouvons émettre des sons, des odeurs et mêmes des couleurs qui nous sont imperceptibles mais qui, pour les animaux sauvages, sont des signes flagrants trahissant notre présence.

Éviter les contrastes : d’accord ! Mais le contraste, qu’est-ce que cela signifie vraiment ?

Dans un environnement on discerne avant tout ce qui est différent : nous pouvons facilement percevoir les éléments qui sont en mouvement. Une couleur, une texture différente, des sons qui se détachent de l’environnement habituel attirent notre attention.

Évidement, les animaux sont comme nous pour ça !
Ils utilisent leurs 5 sens (l’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher et le goût) pour cerner un élément.

À ce jeu du “trouvez la différence”, ils sont de façon globale bien plus forts que nous. En effet, nous savons tous que le chien a un odorat exceptionnel. L’ours le surpasse encore. L’aigle perçoit ses proies de très loin (on dit qu’il repère un mulot à plus de 1 000 mètres).


Conclusion : il va falloir ruser pour observer les animaux dans leur habitat naturel !

L’attention, qu’est-ce que c’est ?

L’attention est le fait de se concentrer sur un élément en particulier plutôt que sur un autre. Une fois l’attention portée sur cet élément l’animal a tendance à “négliger” le reste de l’environnement – au moins pendant un moment.

C’est le coup classique du chien impossible à attraper et sur lequel on met finalement la main alors qu’il est occupé à manger. Ou encore du chaton que l’on parvient enfin à saisir alors qu’il est occupé à guetter la boulette de papier sur laquelle il va bondir.

Quels enseignements sont à tirer de cela pour observer les animaux?

Il faut :

  • Soit se fondre dans l’environnement (cfr. principe de contraste)
  • Soit profiter du fait que les animaux soient concentrés sur quelque chose (ou faire en sorte qu’il le soient)

Le mieux est bien sûr de faire les deux en même temps

Trêve de considération théoriques: comment -concrètement- observer les animaux dans leur habitat naturel ?

Comment passer inaperçu ?

Jouez au Roi du silence

Évidemment, il est préférable de ne pas trop parler. Vous pouvez tout de même chuchoter ou parler doucement. Ne l’oubliez pas : les animaux ont une meilleure ouïe que nous !
Petite astuce : communiquez par des signes. Si vous passez un séjour en famille et qu’il
y a des enfants, vous pouvez faire passer ça sous l’angle d’un jeu : l’observation d’animaux ne sera que d’autant plus fun pour eux !

Pas de bruit sur vous

Eh oui, il est important d’enlever tout ce qu’il peut faire du bruit sur vous. Des clés, des chaines ou encore de la monnaie sont à enlever de vos poches. Et…pensez à éteindre vos téléphones, les animaux n’en seront que plus présents 😉

” 1, 2, 3, SOLEIL ” – Ne bougez plus !

Évidemment, ne pas bouger quand vous souhaitez observer nos amis à quatre pattes, à écailles ou à plumes est l’idéal. Ou alors bougez très lentement. Ralentissez le pas. Chaque mouvement, chaque feuille écrasée, chaque buisson effleuré en marchant est un bruit qui va trahir votre présence auprès des animaux. Quand vous vous déplacez, essayez de marcher sur les zones molles du sol pour jouir d’une meilleure observation.

Plus de parfum qui sent la rose

Il est aussi conseillé de ne pas avoir d’odeur chimiques (Ah! Ce parfum de rose…!) sur soi. Vous devez donc éviter les parfums synthétiques dans vos déodorants, lingettes, lessive… Ils vont très vite être perçus par les animaux, parfois même à des kilomètres. Utilisez donc des produits d’hygiène non parfumés pour réussir à apercevoir un animal en liberté.

Marchez contre le vent

Positionnez-vous de manière à ce que le vent ne passe pas sur vous avant d’atteindre l’animal sinon il aura vite fait de vous repérer. N’oubliez pas que la plupart des animaux ont un odorat bien supérieur au nôtre !

Les cours d’eau sont nos alliés

Les ruisseaux et rivières sont des endroits propices pour observer des animaux sans se faire repérer. Le bruissement de l’eau qui coule aide à couvrir le bruit que nous faisons.

Avec le bruit du fleuve, l’ours ne nous a pas entendus lors de notre descente en canoë du Yukon

Restez distant

Évitez de vouloir approcher de trop près l’animal. Au plus près vous êtes, au plus vous avez de chance de vous faire repérer. Et puis… l’idéal est de leur laisser leur quiétude 😄
Utilisez donc de bonnes jumelles !

Finalement passer inaperçu n’est pas si compliqué que ça, il faut juste faire très attention. Maintenant, place à quelques petites astuces supplémentaires pour augmenter encore plus nos chance de voir ces animaux craintifs.

Comment repérer les animaux ?

Cherchez les indices !

Les indices de la présence d’animaux sont nombreux : ouvrons les yeux !

  • Empreintes dans les sols comme la boue, la neige ou encore le sable.
Tiens, cette trace n’était pas là hier quand on s’est couchés. Toujours en descendant le Yukon
  • Excréments
Les ours adorent les myrtilles. Et ça se voit!
  • Écorces abimées : les cervidés par exemple arrachent l’écorce des arbres. Des troncs abimés peuvent être le signe de leur présence dans la région.
  • Nids et terriers : évidemment repérer un terrier ne nous renseigne pas sur le fait qu’il est habité. Mais la présence des traces fraîches aux alentours de celui-ci (empreintes, terre grattée, déjections) pourra nous indiquer la présence d’animaux dedans.
  • Pistes et sentiers : les animaux utilisent régulièrement un même passage pour se déplacer. Ils laissent au fur et à mesure du temps une trace dans la végétation. Une fois que l’on sait cela, on remarque qu’il y en a une multitude de ces sentiers d’animaux dans nos forêts !

Soyez un élément de la nature

Il est recommandé de s’habiller dans des couleurs proches de celles de la nature pour réussir à aborder les animaux dans la neige, optez plutôt pour des vêtements de couleur banche.

Tenue grand style pour observer des animaux dans la neige!


Attention en période de chasse, n’oubliez pas de mettre des touches d’orange fluo pour vous faire repérer par les chasseurs. Bref : faites-vous repérer quand même !

Observez à l’aube ou au crépuscule

C’est à l’aube et au crépuscule que l’on a le plus de chance d’apercevoir des animaux. La plupart d’entre eux sont actifs pendant cette période. Réservez donc ces créneaux pendant votre voyage.

Il n’y a plus qu’à vous vêtir adéquatement, couper la sonnerie de votre téléphone (ou le laisser à la maison, cela fait du bien aussi), enfilez vos chaussures de rando, votre sac à dos puis partir sur les chemins ! La faune n’attend que vous !
Vous savez repérer les animaux et passer inaperçu auprès d’eux ! À vous les cadeaux offerts par la nature, pendant de courtes randos, un safari ou de longs voyages dans le monde ! Ces conseils sont valables partout: parez-vous de jumelles et observez les animaux sauvages.

N’hésitez pas à partager avec nous vos jolies rencontres! 🦊😊

Plus de conseils et astuces pour randonner confort et léger ? Suivez notre FB 😉

Voir aussi...

Traversée de l’Islande solo -403 km- Partie 2

Les délices du massif de la sorcière, l’infranchissable rivière Hvita et le geyser de… Geysir! –… +

Catégorie(s): Blog, Nos randos coup de cœur

Islande – Renards voleurs en randonnée : qui sont-ils ?

Eh oui, le fameux renard Chipeur de Dora l’Exploratrice existe bel et bien en vrai ! L’anecdote d’Olivier… +

Catégorie(s): Blog, Non classé

Plan d’urgence: créer une attache dans une toile, bâche, couverture de survie…

Il est parfois utile d’attacher une toile, bâche ou couverture de survie Par exemple pour: s’abriter… +

Catégorie(s): Blog