Construire un quinzhee (ou trou à neige) Bivouac en hiver

“Fini le ski alpin, cet hiver c’est rando raquettes et bivouac” : une expérience attirante mais à laquelle on se prépare

Comment dormir en bivouac l’hiver quand les températures sont négatives? Une tente est-elle la meilleure solution pour ne pas avoir froid ? Pas si on connait le quinzhee!

Un igloo c’est sympa dans les films. Mais à construire soi-même lors de son voyage, c’est une chose à éviter si on ne veut pas passer la journée à le faire…

C’est pourquoi on vous propose un tuto pour construire un trou à neige, aussi appelé snow cave ou quinzhee (ok il y a une légère différence entre ces concepts, on y vient de suite) : toute une aventure ! 😉
 
Si vous randonnez par exemple dans les Pyrénées en France ou au Canada et que vous allez passer plus de trois nuits en bivouac, vous pourriez avoir envie de construire un trou à neige plutôt que de dormir dans une tente pour être bien protégé (si vous n’êtes pas claustrophobe, évidemment). Si vous y passez la semaine, la tentation est encore plus grande tellement le gain en chaleur est important, et l’abri de neige n’est à construire qu’une fois !

De même, un quinzhee est particulièrement agréable et utile -même pour une nuit- si une tempête de neige approche : c’est parfois une question de survie !

Trou à neige ou quinzhee? La distinction

L’appellation “trou à neige” (snow cave) ou “quinzhee” renvoie principalement au fait que l’on fabrique le monticule de neige dans lequel l’abri sera creusé par la suite ou qu’on exploite plutôt un monticule “tout fait”. Cela a des implications sur le temps à éventuellement allouer -durant la construction- à l’abri pour se solidifier sous l’effet du gel.

  • un quinzhee est un abri creusé au sein d’un tas de neige fait soi-même – il faudra dans ce cas passer par une étape solidification de la neige;
  • un trou à neige renvoie à un abri creusé au sein d’un amas de neige existant – dans ce cas, si la neige de l’amas est déjà compactée et bien dure, il ne faudra vraisemblablement pas passer par l’étape solidification.

Alors: trou à neige ou quinzhee? Notre préférence va au trou à neige: c’est moins de travail! En effet, si au fur-et-à mesure du temps un amas de neige s’est créé puis solidifié naturellement jusqu’à constituer une masse exploitable, nous saisissons l’opportunité!

Nous serons pragmatiques dans cet article et utiliserons indifféremment les deux termes (comme le font beaucoup de gens). Quinzhee et trou à neige désigneront tous deux un abri creusé dans la neige selon une technique particulière. Vous savez maintenant que dans le premier cas on a préalablement bâti soi-même le monticule de neige et que dans le deuxième cas le monticule de neige a été formé autrement et que nous profitons de cette aubaine.

Comment construire un trou à neige ou quinzhee ?


Tout d’abord, retenez qu’il faudra minimum 1h30 pour votre construction + éventuellement un temps d’attente pour que le dôme de votre abri se solidifie. Cela peut représenter une heure supplémentaire, voire plus selon les conditions.

Pourquoi en construire un ? Eh bien, parce que c’est confortable: les déperditions de chaleur sont bien moindres que dans une tente. Lorsque les températures sont très froides c’est vraiment agréable : s’il fait par exemple -20°C à l’extérieur, il fera entre 0°C et 1°C dans le trou à neige ! Le gain de chaleur est énorme et c’est bienvenu pour dormir. Vous aurez beaucoup moins froid que dans une tente. 🙂

Au-delà de l’attrait pour le confort, savoir construire un quinzhee peut se révéler un atout dans les situations délicates. Si vous avez un problème avec votre tente ou qu’une tempête approche, cet abri peut vous sauver la vie en permettant de passer la nuit en sécurité.

Concernant le matériel, vous aurez besoin d’une pelle à neige, d’une corde (optionnelle mais fortement conseillée) et de trouver une vingtaine de petits bâtons de bois d’une trentaine de cm chacun.

Étapes pour construire un trou à neige en bivouac

1) Si vous n’avez pas la chance de tomber sur un gros tas de neige déjà compacte à dans lequel creuser, il va falloir le construire. Faites un gros tas de neige avec la pelle. Tassez-le pour former un dôme solide : la neige doit être compacte pour que l’abri soit résistant. Le dôme compacté doit faire au minimum 1m50 de haut.

2) Enfoncez ensuite entièrement la vingtaine de bâtons sur le dôme (en les répartissant). Ces bâtons serviront par la suite de repères pour vous assurer que les murs et le plafond de la snow cave fassent au moins 30 cm d’épaisseur. C’est la valeur minimum à respecter pour que la construction soit résistante.

3) Laissez le dôme geler environ 1h (pour que les murs se solidifient). Remarque: selon les conditions cela peut prendre davantage de temps

4) Creusez ensuite l’entrée du dôme (90cm x 90 cm) à l’opposé des vents dominants, c’est-à-dire que l’entrée fasse dos au vent. Ainsi, s’il y a une tempête ou des bourrasques, la neige ne rentrera pas dans votre construction.

5) Creusez maintenant en profondeur, là où vous vous allongerez pour votre nuit : cela s’appelle bien un trou à neige après tout ! Vous devez avoir assez de place pour tenir allongé. Pour cela, fiez-vous aux petits bâtons que vous aviez plantés : si lorsque vous creusez vous apercevez un bâton, c’est que vous avez atteint les 30 cm d’épaisseur à cet endroit des murs de votre dôme. Il faut donc vous arrêter  pour la profondeur ! Niveau longueur, le trou doit faire environ 2 mètres, selon votre taille. N’oubliez pas de prévoir au besoin de la place pour votre sac à dos ! 🙂

Le trou formé ne doit pas être trop large sous peine de rendre la structure fragile : creusez en largeur juste ce qu’il faut pour pouvoir y glisser votre matelas avec un peu de marge sur les côtés.

Certains en construisent pour deux personnes mais nous n’aimons pas fort cela: le plafond/toit, plus grand, est soumis à plus de contraintes et il faudra veiller à ce qu’il soir particulièrement solide. Le plafond doit tenir!

6) Enfin, créez une toute petite cheminée : vous avez en effet besoin d’aération, question de sécurité. Prenez un bâton pour former le petit conduit dans votre abri. Votre cheminée doit pouvoir être débouchée si la neige tombe dessus. Bravo, vous avez fini !!!

Astuces :


Une pelle à neige est indispensable. Croire que l’on peut facilement construire un abri en neige sans cet outil simple, pas cher et qui peut par ailleurs sauver des vies est à notre sens illusoire. Il en existe des légères, pratiques et démontables comme celle-ci.

⦁ Installez votre abri près d’un arbre pour y enrouler une corde dont on attachera l’autre bout autour de notre poignet. Question de sécurité : au cas où le dôme s’effondrerait, vous pourriez plus facilement en sortir.

⦁ Pensez à lisser le plafond de votre abri et à lui donner une forme de dôme. En effet, les aspérités sur le plafond sont autant d’endroits d’où pourraient tomber des gouttelettes si l’humidité vient à augmenter. On préfère qu’elle coule le long des murs par les côtés plutôt que de les voir tremper son sac de couchage 😊


Attention : ne faites jamais brûler de flamme (bougie, réchaud…) dans le quinzhee ou trou à neige que vous avez créé: des gaz toxiques pourraient en remplir le volume!

Pendant et après la nuit dans l’abri

Pendant la nuit :
Posez par terre votre couverture de survie ou votre polycro et votre matelas, glissez-vous dans votre sac de couchage ou votre duvet et vous verrez que même sans tente, vous passerez une bonne nuit au chaud ! Nous avons dormi plusieurs fois dans un trou à neige et… il est loin de faire froid dans le quinzhee ! Ce n’est certes pas aussi rigolo et spacieux qu’un igloo mais cela va beaucoup plus vite à construire c’est une aventure tout aussi incroyable ! Rentrez également votre matériel (sac à dos, tente non utilisée, etc) à l’intérieur. Vous ne voudriez pas retrouver votre sac plein de givre ou sous les 50 cm de neige accumulés pendant la nuit…
 
Après la nuit :
Détruisez l’abri pour que personne ne soit tenté d’aller dedans ou, le plus probable, que quelque ne marche dessus et que ça s’effondre… Construire un abri en voyage c’est top, mais il ne faut pas que cela nuise au voyage hivernal des autres après ! 😉

Soyons responsables :

Si le trou à neige/snow cave/quinzhee n’est pas assez solide, ou si quelqu’un marche dessus, s’il se dégrade au fil du temps à cause de la météo, l’abri construit peut évidemment s’effondrer. Nous indiquons ici les grandes lignes de la construction d’un trou à neige, mais celui qui entreprend de bâtir un tel abri et de dormir dedans le fait sous sa propre responsabilité.

Parmi les bonnes règles à observer pour la sécurité :

  • testez la qualité de la neige avant de bâtir la snow cave (elle doit permettre une construction solide)
  • Placez votre tête du côté de la sortie du quinzhee. Signalez aussi le dessus de votre abri afin que personne ne marche dessus.

Nous espérons avoir pu vous aider à construire un petit nid douillet, fût-ce un abri fait de neige ! Vous verrez: on y dort incroyablement bien 😊

Plus de conseils pour faire un bivouac hivernal ou pour randonner dans la neige ? Suivez-nous sur Insta !
 

Voir aussi...

Randonner avec un sac léger : pourquoi et comment ?

Vous en avez assez, quand vous partez en randonnée… … d’être écrasé par ce sac toujours… +

Observer les animaux dans la nature

Lorsque l’on randonne en pleine nature, admirer les animaux sauvages est un moment unique que tout… +

Catégorie(s): Blog

Avoir chaud -même dans le dos- au coin du feu

La soirée s’annonce belle. Le foyer brûle. On a bien chaud devant mais on a le… +

Catégorie(s): Blog