Rando par temps frais - comment s’habiller ? Principes de base

Comment s’habiller ?  La question revient souvent quand il fait froid.

Pas de vêtement en coton !

Qui veut un vêtement humide quand les températures sont fraîches ?

Le coton retient l’humidité émise par le corps plutôt que de la laisser s’échapper. 

Donc : on exclut le coton. Si on pratique une activité qui ne fait pratiquement pas transpirer, cela a peu d’importance. Il importe donc moins d’y faire attention pour une balade de 5km à plat que pour un tour du Mont-Blanc avec un dénivelé de 1000 mètres par jour. 

De façon globale, les matières synthétiques laissent davantage s’évacuer l’humidité.

Emprisonner… de l’air !

Qu’ont en commun un pull en laine, une couette et un bon matelas de rando?

Réponse: tous emprisonnent de l’air! C’est ce qui leur donne leur qualité isolante.

L’air doit donc être retenu, mais pas n’importe comment:

  • Dans une multitude de cellules
  • Ces cellules doivent être petites. Si elles sont grandes -imaginons 4 cm d’épaisseur- on perd en efficacité. Cela est dû à un phénomène appelé « convection » mais ça ce sera pour un autre article 😉
  • Il n’est pas nécessaire que les cellules soient fermées (même si c’est plus efficace): un pull en laine isole déjà très bien.

Avez-vous remarqué comment un « papier bulles » gardé sur la peau donne une sensation de chaleur ?  Et bien c’est simplement ça : une multitude de petites cellules remplies d’air !

Trop classe le pull en papier bulles!

Matières: un pull en laine ou une polaire font très bien cela, et le duvet est roi pour un poids léger.

Chaque matière a ses caractéristiques : les tissus synthétiques sont souvent plus légers que les tissus en fibre naturelle mais sont plus propices au développement d’odeurs… La polaire a l’avantage d’être peu coûteuse. Le duvet apporte un maximum de chaleur pour un poids vraiment minime. 

Eviter les vêtements fort serrants

C’est contre-intuitif : nous avons tous en tête qu’une paire de bas très serrants procurera de la chaleur.  C’est vrai, elle en apportera.  Mais nous aurons plus chaud si elle est un peu moins serrante!

La raison?  En pressant notre corps, le vêtement comprime les mini vaisseaux sanguins de la peau. Cela empêche une circulation optimale.  Hors la circulation permet aussi de maintenir le corps chaud.  Laissons le sang circuler !

Bref le legging ultra serrant, c’est comme l’alcool : il donne rapidement une sensation de chaleur mais c’est une fausse bonne idée!

L’idéal ?  Un vêtement première couche voir (ci-bas) qui colle juste à la peau sans la comprimer. Donc un collant oui, mais pas trop collant! 😉

Les vêtements aussi ne doivent pas être trop compressés

Des principes ci-dessus, on comprend qu’il n’est pas heureux d’accumuler les unes par-dessus les autres des couches au point où elles s’en trouveraient serrées.  Peu d’air pourrait se trouver enfermé au sein des ‘cellules”. 

Pour s’en convaincre, il suffit de faire le test : un couette très chaude en duvet n’offrira quasi plus aucune isolation si elle est maintenu aplatie par une couverture lourde posée sur elle.

Le système « 3 couches »

  • Près du corps: une couche respirante
    • On s’assure ainsi que l’humidité ne reste pas près du corps.
  • Par-dessus : une couche isolante
    • Emprisonner de l’air – un pull en polaire ou en laine par exemple
    • On pourra mettre plusieurs de ces couches s’il fait très froid
  • A l’extérieur : une couche protectrice (au besoin)
    • Pour que le vent ne vienne pas emporter l’air que nous avons emprisonné dans la couche du milieu
    • Pour se protéger de la pluie
    • Cette couche extérieure doit évidemment laisser s’évacuer l’humidité.  Les vêtements de type film plastique que l’on connait tous 😉 sont donc à proscrire.  Il nous est arrivé lors de treks en pays humide (Islande) de porter une cape de pluie (dont le tissu n’est pas respirant) mais il faut alors veiller à une bonne ventilation.

Pourquoi plusieurs couches plutôt qu’un seul vêtement très chaud?

Pour éviter l’étuve! Il n’y a rien de pire que de suer beaucoup pendant l’effort puis prendre froid à la pause car on est trempé. En cas d’effort intense, on sera heureux de pouvoir retirer une couche pour éviter d’avoir trop chaud.

Un petit + super agréable et polyvalent: le tour de cou

Les tours de cou, c’est léger, compact et ça constitue un complément de chaleur très modulable : on les met ou retire à sa guise, même en marchant. Bref: c’est simple et ça embellit une rando.

Ils peuvent être portés en mode bonnet, bandeau, tour de cou ou encore de mille autres façons.

Pour un confort maximal, nous les aimons en mérinos: ils sont chauds, respirants, et nous trouvons que rien n’égale la sensation de leur toucher.

Bonnes randos bien au chaud! 🙂

Des conseils pour randonner confort et léger? Suivez notre FB! 🙂

Voir aussi...

Un sac à dos de 1.250g pour une rando de 200km (9jours) en hébergement : comment?

Cet automne, nous avons eu la chance de randonner 200km en itinérance en remontant la côte… +

livre

Longue marche – d’Istanbul à Xi’an (Chine) – Livre de voyage “coup de coeur”

Ce livre, on l’aime ! Pourquoi ? Parce que c’est un pied de nez à l’inertie. Une… +

Catégorie(s): Blog, Nos livres coup de coeur

Traversée de l’Islande solo -403 km- Partie 3

Les pieds réchauffés par le volcan – km 324 à 403 C’est donc après avoir observé … +

Catégorie(s): Blog, Nos randos coup de cœur